CICV - Conseil Immobilier Crédit Vente

Assurance emprunteur : les Français la dénonce

l'assurance emprunteur n'est pas bien accepté

Une nouvelle législation vient de faire son apparition et peut faire une grande différence concernant l’assurance emprunteur. En effet, ce dernier peut être la cause du doublement du montant du crédit immobilier. Malgré tout le marché de l’assurance emprunteur fonctionne au détriment des droits et de l’information des consommateurs.

Assurance emprunteur : les consommateurs se plaignent

Si on considère le droit des consommateurs et de leur information, l’assurance emprunteur est un vrai problème malgré qu’il soit associé à  85 % des emprunts bancaires. Certains ne savent pas où donner de la tête quand l’employé de la banque lui annonce qu’il s’agit d’une assurance facultative obligatoire.

Ceci n’est en fait qu’un exemple parmi tant d’autre car les banques exigent en générale une assurance pour tout emprunt qui est indiqué par écrit. Si cette option était réellement facultative, la banque ne serait pas obligée de le mentionner mais elle y est contrainte.

Pour les droits des consommateurs, les conseillers n’hésitent pas à faire de la pression pour les forcer indirectement. Étant donné que l’emprunt est un véritable produit d’appel assortis de taux d’intérêt très faible, il est assez logique que les banques font la pression.

Assurance emprunteur : les assureurs traditionnels prennent la situation en main

Le Sénat devra voter mercredi prochain une législation concernant l’assurance emprunteur. Dorénavant, d’abord le consommateur peut changer d’assureur pendant un an après la souscription de la loi Hamon à partir de janvier 2018. Mais également il peut résilier à chaque date d’anniversaire d’assurance s’il le désir.

Avec des tarifs attractifs pour les filiales assurances des banques, les assureurs traditionnels qui sont implantés auprès des particuliers veulent saisir l’occasion de cette nouvelle législation.

Selon Alain Montarant du groupe Macif :

« Les banquiers disent que nous voulons démutualiser l’assurance emprunteur, en attaquant leurs contrats groupe (contrats collectifs) et en segmentant le marché. Le problème, c’est qu’elle est devenue leur seule source de profit, en matière de prêts aux particuliers. »