Publiée le 24 octobre 2016 Par eric Dans Crédit

L’avenir du rachat de crédit est-il morose ?

Pour sortir d’une période d’endettement, des foyers effectuent une demande concernant le rachat des crédits. Ce dernier pourrait toutefois être impossible pour des milliers de familles à cause d’une réglementation européenne fraîchement dévoilée et intégrée au droit français.

L’Europe a dévoilé une mesure concernant le taux d’usure

Le 1er Juillet prochain pourrait être une date particulièrement néfaste pour pratiquement 25 000 ménages. Ces derniers seraient dans l’incapacité d’obtenir une restructuration de leur dette à cause de cette réglementation. Celle-ci s’articule autour des taux en vigueur pour le rachat de crédit. Aujourd’hui, il y a le concept de la barre de 60% qui permet de les fixer avec aisance, mais le contexte pourrait évoluer en 2017. Le taux d’usure pourrait être au rendez-vous dès que la dette globale mettra en avant un emprunt immobilier. Cette nouveauté a été instaurée par l’Europe, elle a donc fait l’objet d’un dépôt en France.

25 000 foyers ne seraient plus éligibles au rachat de crédit

Pour ceux qui ont quelques lacunes à propos de ce système particulièrement complexe, il est important de noter que la nouvelle réglementation pourrait être favorable à tous les emprunteurs. Ils bénéficieraient ainsi d’un taux moins élevé, mais, au vu de la conjoncture de la société, les banques pourraient devenir encore plus frileuses à l’idée de se lancer dans un tel concept. Il est donc judicieux d’effectuer dès maintenant une confrontation des offres de rachat de crédit pour savoir si votre situation est éligible. Il y a de grandes chances pour que votre dossier soit accepté, mais ce ne sera pas forcément le cas pour l’année prochaine. L’Association Française des Sociétés Financières s’est penchée sur le sujet. Elle estime que ce seront 25 000 ménages qui ne pourront plus accéder au rachat de crédit à cause de cette réforme.

Est-ce la mort programmée du rachat de crédit en France ?

Si les banques sont de plus en plus frileuses, il est donc possible de se questionner sur l’avenir de ce dispositif. Pourrait-il disparaître dans les prochains mois ? Difficile de répondre, car le marché est quelque peu instable, il est impacté par toutes les tendances, les demandes… Les établissements bancaires ne devraient pas mettre un terme au rachat puisqu’elles auraient la capacité de jouir de quelques avantages grâce à une prime de risque un peu plus séduisante. Il faudra donc attendre 2017 pour connaitre réellement l’impact d’une telle réforme.