avantage statut louer meublee non professionnel

Publiée le 28 octobre 2016 Par eric Dans Immobilier

Location meublée non professionnelle : avantages et inconvénients

La location meublée non professionnelle et une location dans laquelle le loueur n’est pas inscrit au registre du commerce, dont le total de ses recettes locatives ne dépasse pas 23.000 euros TTC par an et encore moins les autres revenus issus du foyer fiscal. Ce sont des particuliers qui mettent en location les maisons ou appartements meublés.

Le statut de loueur meublé non professionnel (LMNP avec régime fiscal particulier) est une activité qui comprend tout de même des avantages et des inconvénients. Avant de choisir entre la location à vide ou meublée, il faut donc se poser les bonnes questions.

Les avantages de la location meublée non professionnelle

Vous pouvez grâce à cette catégorie, la possibilité de bénéficier d’avantages fiscaux de deux ordres : soit en optant pour le régime forfaitaire pour la réduction des impôts de moitié, soit en optant pour le régime réel pour déduire les amortissements et charges de vos recettes, question de diminuer des revenus de votre investissement locatif.

Concrètement, vous bénéficierez d’une réduction d’impôt de 50 % si vos revenus locatifs n’excèdent pas 32.900 euros. Si par contre ils dépassent ce montant, vous êtes sous le régime fiscal réel. La rentabilité du bien immobilier meublée pour les propriétaires sera au rendez-vous grâce à cet avantage fiscal.

Les inconvénients de la location meublée non professionnelle

L’investissement dans la location meublée non professionnelle n’est pas assimilable aux autres régimes fiscaux dans l’immobilier. La valeur de vos investissements ne dépendra que du taux d’intérêt et non de l’indice référencé du loyer sur le marché de l’immobilier. Ainsi, une hausse du taux d’intérêt occasionnera automatiquement un investissement locatif meublé à la baisse.

Même si le prix du logement locatif est fixé par le propriétaire, un risque majeur existe tout de même en cas de décès ou de donation. Ce prix du logement ne saurait représenter un avantage fiscal important au point d’éclipser la double imposition en cas de cessation d’activité ou de décès du propriétaire du bien immobilier. Il y aura donc une imposition des plus-values latentes et l’imposition de celles enregistrées sur un bien immobilier depuis son acquisition, car il s’agit tout d’abord d’une entreprise individuelle.

En plus de tout ceci, les droits de succession seront supportés par les donataires ou héritiers. Le statut de loueur meublé non professionnel ne doit donc pas seulement se focaliser sur l’indice du coût, il faut également prendre en compte l’éventualité de la survenance des cas énumérés ci-dessus.