Crédits à la consommation

Publiée le 1 mars 2019 Par carole Dans Crédit

Les différents crédits à la consommation

Parmi tous les crédits accordés par les banques et les établissements bancaires aux ménages français, ce sont les prêts à la consommation qui arrivent en tête. Aujourd’hui, plus d’un foyer sur 2 est contraint de rembourser un crédit pour des raisons diverses : achat d’un nouveau véhicule, déménagement, financement des études, rénovation de l’habitat, trésorerie manquante, etc.

En constatant les nombreux sujets postés sur les forums ou les réseaux sociaux, on s’aperçoit qu’une incompréhension générale règne autour du crédit bancaire et notamment du crédit à la consommation. C’est pourquoi nous allons vous expliquer les différentes sortes de crédit que l’on retrouve sous l’appellation «crédit à la consommation».

Qu’est-ce qu’un crédit conso ?

Le crédit à la consommation concerne tous les prêts accordés aux particuliers qui se rapportent au financement de biens de consommation tels que l’achat d’un véhicule, l’acquisition de nouveaux meubles ou de matériel informatique, etc., ou de services divers comme la rénovation de l’habitat par exemple. Notez que dans certains cas, le crédit conso est utile à l’emprunteur pour lui permettre de reconstituer une trésorerie ; nous aurons d’ailleurs l’occasion de reparler de ce sujet avec les crédits renouvelables qui mettent à disposition des emprunteurs une réserve d’argent.

Comment fonctionnent les crédits à la consommation ?

Le fonctionnement est similaire à n’importe quel autre crédit bancaire : un créancier (un organisme bancaire ou financier que l’on nomme aussi « prêteur ») prête une somme d’argent à un emprunteur appelé aussi « débiteur » pendant une certaine durée. En France, la durée de remboursement d’un prêt à la consommation doit obligatoirement excéder 3 mois. Quant aux sommes accordées, elles sont obligatoirement comprises entre 200 et 75 000 euros.

Au vu de ces premières explications, on s’aperçoit assez rapidement que le crédit à la consommation recouvre un vaste domaine. Pour faciliter sa compréhension, on peut affirmer sans prendre trop de risques que si un crédit bancaire n’est pas lié à un projet immobilier et que ce dernier ne sert pas à subvenir aux besoins des petites organisations (professions libérales, TPE/ PME) et des grandes entreprises (GE, ETI pour Entreprise de taille intermédiaire), alors il est fort probable que ce soit bien un crédit conso.

C’est d’ailleurs cela qui pose problème chez la plupart des personnes qui n’arrivent pas à cerner le champ d’application des crédits à la consommation. Pour simplifier les choses, je vais donc le diviser en deux parties, avec d’un côté les crédits non affectés et de l’autre les crédits affectés.

Les crédits non affectés

Le prêt non affecté est un crédit qui est contracté auprès d’un organisme financier (Cetelem, Cofidis, Cofinoga, etc.) ou d’une banque traditionnelle sans qu’il soit nécessaire pour l’emprunteur de justifier les raisons dudit emprunt. Cela lui confère donc une énorme liberté quant à l’utilisation des fonds qui lui sont accordés. Toutefois, comprenez bien que cette absence de justificatifs est uniquement liée à l’utilisation de ladite somme, car cela ne dispense aucunement le débiteur de présenter un dossier pour que l’établissement bancaire puisse statuer favorablement ou défavorablement sur sa demande de prêt.

Parmi les crédits non affectés, on trouve les crédits renouvelables anciennement appelés crédits revolving. Le principe est simple à comprendre : le prêteur met à disposition de l’emprunteur une somme d’argent (on l’appelle plus communément une réserve d’argent) qu’il peut utiliser comme il le souhaite. Dès lors que ce dernier utilise une partie des fonds, le remboursement débute avec des taux d’intérêt qui s’appliquent sur la somme dépensée et non sur la totalité de la réserve. Les banques donnent généralement aux emprunteurs une carte de crédit pour faciliter les dépenses.

Qu'est-ce qu'un crédit conso ?

Vous l’aurez donc compris, l’intérêt de recourir à un tel crédit réside dans sa flexibilité et sa simplicité d’utilisation. Néanmoins, cette liberté d’action n’est pas sans contrepartie puisque le coût d’un crédit non affecté est généralement plus onéreux. De plus, la gestion financière est plus difficile que dans le cas d’un crédit affecté où les sommes à rembourser sont fixes.

Les crédits affectés

Le crédit affecté concerne tous les financements qui affectent une somme à l’acquisition d’un bien ou à la réalisation d’une prestation précise (acquisition d’une nouvelle voiture, installation d’une climatisation ou d’une nouvelle cuisine, etc.). La demande de crédit se réalise dans la plupart des cas au même moment que la transaction, laquelle fait souvent l’objet d’un contrat de vente.

Ce contrat vous protège à bien des égards. En effet, si le produit se révèle être inutilisable, cassé à la livraison, ou que la qualité de la prestation n’est pas celle qui avait été spécifiée dans le contrat, alors vous pourrez contester ce dernier afin de le résilier. Aussi, sachez que le contrat de vente est souvent lié à l’obtention du crédit : cela signifie que vous n’êtes engagé avec le vendeur que si l’organisme bancaire vous accorde le crédit. Dans le cas contraire, vous n’êtes donc pas tenu de procéder au paiement du produit ou service.

Pour vous protéger au mieux, n’oubliez pas de vérifier les mentions obligatoires de votre contrat de vente :

  • l’identité du vendeur, de l’acheteur et de l’organisme prêteur
  • le prix de vente au comptant
  • les modalités de financement prévues dans le contrat (montant et durée de remboursement)
  • les frais applicables au crédit (TAEG, frais de dossiers divers, etc.)

Enfin, sachez que tous les crédits à la consommation sont régis par de nombreuses lois, qui donnent aux clients le droit de se rétracter sans devoir nécessairement se justifier : à compter de la demande de crédit, vous pourrez encore changer d’avis durant 14 jours.

Toutefois, dans le cadre d’une livraison immédiate, le droit de rétraction prévu par la loi diminue en conséquence : vous aurez, dans cette situation précise, le droit de vous rétracter jusqu’au lendemain de la livraison du bien ou du service financé. Soyez donc vigilant et prenez le temps nécessaire pour saisir tous les tenants et les aboutissants du financement bancaire dans lequel vous êtes prêt à vous engager.

carole

carole

Carole Rousseau, rédactrice professionnelle spécialisée dans le monde de l'immobilier et de la finance, je vous livre ici les dernières actualités dans mes thématiques préférées.
carole
Summary
Review Date
Reviewed Item
Note
Author Rating
51star1star1star1star1star